Les pluriels en -aux

Les pluriels en -aux sont des cerfs volants qui piquent du nez. Un journal des journaux, d’accord : les journaux sont faits pour être repliés, bouclés. On peut barrer aussi d’un x la fuite des capitaux. Mais cheval, idéal, infernal, le mal…

La langue fêtarde est plus envolée : bals, régals, carnavals, festivals.

Ce contenu a été publié dans grattilités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *