Mot désagréable

Un mot de maman : méplats, « elle a des méplats », ou « j’ai des méplats » d’un air dégoûté d’elle-même. Je n’ai jamais très bien su où elle situait ces méplats, mais je crois qu’elle entendait par là quelque chose de foncièrement disgracieux dans sa chair ou sa charpente, du même ordre que la bosse de bison ou la peau flasque sous les bras des vieilles dames. Robert que je consulte me fournit un exemple de Balzac : « Là où le dessin voulait des os, la chair offrait des méplats gélatineux ». Rien de plus déprimant que ce faux plat des méplats, et rien de plus mystérieux que le rapport de chacun à son propre corps.

Ce contenu a été publié dans grattilités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *