Dilater, serrer

Ces deux mots me concernent quand j’écris, car il y a des choses en moi qui demandent et rechignent à passer à l’écrit. Il me faut d’abord les dilater, agrandir l’espace en accueillant toutes les bifurcations et les hors-sujet.
Et seulement après serrer. Si je serre trop tôt, je risque d’étouffer un hors-sujet qui était finalement le sujet.

Au moment où je serre, il y a les choix rapides et les choix lents.
Les choix rapides le sont de plus en plus avec la pratique : on élimine des adverbes, des adjectifs sans densité, des chevilles molles.
Les choix lents restent lents : le « on » ou le « je », par exemple, la voix.

Ce contenu a été publié dans griffomanie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Dilater, serrer

  1. Azire dit :

    Bonheur de trouver le mot juste et rigoureusement nécessaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *