L’issue bleue : à propos de « Limite » d’Antoine Emaz, 3

Alexandre Hollan : Chêne bas

Voir les 2 autres billets sur ce recueil de poèmes  publiés ici le 6 et le 10 février.

Un motif important du livre est la recherche du bleu  ̶  substance, heure ou lieu plutôt que couleur  ̶  bleu du soir que l’ensemble de l’œuvre d’Antoine Emaz, poète vespéral, associe souvent à l’air et à la respiration. Il voudrait ici un bleu qui « dise autre chose que bleu »,  qui puisse le tapisser intérieurement d’un « châle bleu-noir », mais qui tend à se durcir en une matière lointaine et froide comme la faïence.

C’est alors que le dernier poème  ̶  en prose et sans date, illimité comme les premiers  ̶  réserve au lecteur une nouvelle surprise : dans « un bouquet d’anémones couleur nuit » s’ouvre une « issue bleue » :

Un peu comme s’il était possible d’habiter ici délesté du corps seulement regard sur un bleu outremer sans hier ni demain

En lien, l’excellente note de lecture d’Anne Malaprade sur le site Poezibao
http://poezibao.typepad.com/poezibao/2016/11/note-de-lecture-antoine-emaz-limite-par-anne-malaprade.html

Ce contenu a été publié dans grains de peau. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *