Une branche qui bouge un peu

Il faut regarder longtemps une branche qui bouge un peu pour pouvoir écrire : la branche bouge un peu. Et que cela suffise. Cela peut paraître simple, ça l’est. (Antoine Emaz, Sauf, p. 15).

En lisant les sept premiers poèmes de son livre Limite, je me demandais combien d’heures de contemplation de vagues ont rendu possible cette métamorphose de la mer en mots.

Ce contenu a été publié dans griffomanie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *