Brindille d’Henri Michaux

Si tu es un homme appelé à échouer, n’échoue pas toutefois n’importe comment. (p. 28)

 

Avec cette phrase, depuis plus de dix ans, j’essaie d’oser  ̶  oserai-je le dire ? – écrire.

Ce contenu a été publié dans petites phrases. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *