Nonchaloir

Incertaine tout à coup de l’orthographe du mot nonchalance, je ne me connecte pas sur un de ces excellents dictionnaires en ligne dont je faisais l’éloge l’autre jour, mais j’ouvre mon vieux Larousse emmailloté dans ses sparadraps. L’index vagabondant sur la page, j’ai ce regard global, latéral, montant et descendant que l’on adopte pour ce type de recherche et je tombe sur le mot nonchaloir, deux entrées plus loin. Aussitôt il me semble qu’un mouchoir brodé s’est déposé sur ma page, un parfum baudelairien me pénètre et m’incite à prendre sur mon étagère Les Fleurs du Mal :

O toison, moutonnant jusque sur l’encolure !
O boucles ! O parfum chargé de nonchaloir !
Extase ! Pour peupler ce soir l’alcôve obscure
Des souvenirs dormant dans cette chevelure
Je la veux agiter dans l’air comme un mouchoir !

La Chevelure, XXIII

Cette marée poétique qui s’avance vers moi avec le mot d’à côté (irrésistible comme « la femme d’à côté » de François Truffaut), quel dictionnaire en ligne me l’aurait donnée ?

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Nonchaloir

  1. Eh oui, les dictionnaires en ligne sont nonchalants, ils oublient la poésie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *