Plage voilée

Mes filles s’éloignent au bord de l’eau vers Cabourg, je suis des yeux leurs trois chapeaux dans la lumière voilée de midi, je viens de lire Le Guépard et mon coeur est nostalgique.

Les vaguelettes déferlent, l’écume se forme et se défait dans une traînée de nuages effilochés.

Je prends ma planche, j’entre dans la mer, je compte mes battements de pieds, cinq cents. Je pose ma tête sur la planche et je ne bouge plus. Les chiffres défilent en moi comme des grattements d’algues.

Depuis longtemps les trois chapeaux ont disparu.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *