Trois mots encore sur Vincent La Soudière

Pour Jacques R.

Je ne dispose malheureusement pas dans mon lieu de confinement du livre d’aphorismes Brisants de Vincent La Soudière (remarquablement reconstitué par Sylvia Massias, qui a également publié plusieurs volumes de sa correspondance et lui a consacré une biographie). Mais je retrouve sur un cahier quelques notes ‒ malheureusement trop succinctes ‒ qui donneront peut-être envie de mieux le découvrir.

Cette poésie exigeante trouve sa ressource dans une frugalité :

Il n’est pas besoin de beaucoup d’idées pour écrire, peindre, aimer. Cette apparente pénurie protègera ton esprit de multiples occasions de t’égarer (…) Un petit nombre d’idées, au contraire, renforcera les intuitions, obsessions, idées fixes dont tu as besoin.

Ainsi que dans la volonté d’affronter une douleur jamais apaisée :

Tout ce qui est béance tenace et douloureuse est valeur dans le monde de l’écriture (…) A l’heure de mourir, on se casse encore la tête contre les murs.

« Homme de la vie intérieure, s’il en fut un », dit Michaux de lui.
On sait que les deux poètes ont été en relation très amicale et que Michaux a aidé La Soudière à publier divers poèmes.
Lecteur de Saint Augustin et de Plotin, La Soudière était également en relation avec Cioran et Antonio Porchia.
Plus mystique que Michaux, La Soudière cherche une intériorité sans moi, une source secrète, un hôte silencieux qui fait taire le moi “collecteur et centripète, peste de tous les peuples”. Il est également moins coléreux, moins résistant que Michaux : « Je n’ai pas assez de violence en moi pour lutter avec le monde. J’aurai toujours le dessous. » Aimanté vers la mort tout en déployant une grande énergie pour tenir, il développe l’image d’un nageur qui s’épuise à contre-courant : « Bientôt je serai vaincu. Mon rôle se borne à retarder ce moment, en employant mes dernières forces. »

Certains récits de métamorphoses sont d’une cruauté voisine de celle de Michaux : « Toute une nuit, je fus du foin fauché que retournait sans trêve la fourche d’un inconnu. (…) Il me besognait. » Ses phrases sont directes comme des flèches : « Nos parents de la préhistoire (…) s’affirmaient aussi impérieusement que le cri du coq ». Ou : « Nos nuits blanches sont balafrées d’éclairs de magnésium avec, de surcroît, des passages en gros plan immondes, inavouables, irregardables. »

J’ai noté également ici et là :
– Des moments d’éblouissement : « La mer, en se retirant, a découvert goémons, coquillages, méduses, et la face du soir partout étalée, scintillant d’espérances pleurantes. J’ai posé mon pied sur le reflet d’une étoile. »
– Une sagesse : « Ne trépigne pas devant une porte fermée. Tourne-lui le dos et feins l’indifférence. Fais confiance à ton silence. »
– Un art poétique subtil et profond : « La bonne métaphore fait se compénétrer plusieurs mondes en empruntant à chacun sa matière. »

On a en même temps envie de lui appliquer les termes de l’émouvante postface de Mes Propriétés de Michaux : « Rien de l’imagination volontaire des professionnels. Ni thèmes, ni développements, ni construction, ni méthode. Au contraire la seule imagination de l’impuissance à se conformer. »

Publié dans Non classé | 6 commentaires

Donner

Je trouve notre XXIème siècle émotionnellement survolté mais affectivement mièvre et intellectuellement mou.

Les réseaux sociaux reflètent bien cet état des choses. Inutile de revenir ici sur ce qu’ils sont dans le pire des cas. Dans un des meilleurs cas, Facebook nous fait dire : « Je vous propose de m’aimer et je vous aime pour que vous m’aimiez ».

Je ne prétends pas échapper à ces égards réciproques. J’apprécie toutefois  cette réflexion de Vincent La Soudière (1939-1993) trouvée dans son recueil d’aphorismes Brisants publié à titre posthume :

Ecrire est une chose. Se faire publier en est une autre. Un abîme sépare ces deux états de la pensée. Je distingue, derrière le fait de publier, un fort besoin des autres, de quantité d’autres – rarement donner, se donner et se perdre.

Pour découvrir ce poète intraitable et remarquable :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_La_Soudi%C3%A8re

Publié dans Non classé | 11 commentaires

Détruire et passer

J’ai noté sur un cahier ces remarques de Christiane Veschambre (reprises par Isabelle Baladine Howald pour Poezibao, voir lien en fin de billet) :

Ecrire, avant tout processus de transformation, appelle une destruction (…). Destruction, lutte, guerre. Et l’ennemi c’est soi-même. Ce qui, en moi, cimente, bétonne, jour après jour, l’accès au territoire ignoré, ignorant de l’écriture.

Christiane Veschambre serait en cela proche de Marguerite Duras dont l’œuvre se fonde sur une destruction.

Je comprends, mais je résiste à exprimer ce qui touche à l’écriture en termes de destruction de soi. Est-ce par manque de courage ? Ou bien le terme est-il trop tragique ? Je préfère souvent les mots nerveux aux mots tragiques. Et l’important me semble moins de détruire que de passer, d’en sortir. S’ouvrir une voie entre des barreaux, écarter, défigurer,  déchirer, concasser pour passer ou laisser passer. Cette nécessité  est un point commun entre Henri Michaux (dont un livre se nomme Passages) et Nathalie Sarraute.

Ich werde es zerreissen, “Je vais le déchirer”, dit la petite Natacha à sa gouvernante allemande dans la scène liminaire d’Enfance. Déchirer avec les grands ciseaux la délicieuse soie bleue aux reflets satinés du canapé :

Je vais franchir le pas, sauter hors de ce monde décent, habité, tiède et doux (…) j’enfonce la pointe des ciseaux de toutes mes forces, la soie cède, se déchire, je fends le dossier de haut en bas et je regarde ce qui en sort… quelque chose de mou, de grisâtre s’échappe par la fente… (p. 993)

« Ce quelque chose de mou et de grisâtre n’est-il pas justement la “matière anonyme” et le “magma sans nom” qui constituent les tropismes ? » dit, dans sa notice, Ann Jefferson (p. 1940). Déchirer la soie des fauteuils ou la peau satinée de maman en la comparant à un singe… Geste fondateur de rupture des parois propre à l’écriture de Nathalie Sarraute.

“L’homme dans sa vie ne fait que modeler sa propre voûte”, disait Pablo Serrano (voir ici, billet du 8 novembre). Oui, en sortant du “monde décent, habité, tiède et doux” fabriqué par les autres où l’on s’emmure soi-même.

https://poezibao.typepad.com/poezibao/2016/03/notes-sur-la-cr%C3%A9ation-christiane-veschambre.html:

Publié dans Non classé | 5 commentaires

Marcher vite

J’ai oublié de mentionner un désavantage, quand on est le plus petit des grands d’une famille : on marche plus lentement que les autres et on reçoit des remarques cinglantes : “Allez, traîne-savate, encore à lambiner ?” Et on regarde avec chagrin ses petits pieds et ses petites bottes.

Gustave Doré pour Le Petit Poucet de Charles Perrault

Je saute à une anecdote récente : au retour de mes courses je dépasse sur la route une femme qui me dit, mi cordiale mi dépitée : « Vous marchez d’un bon pas, vous ». Moi : «Oui, j’aime bien marcher vite ». Elle : « J’étais comme ça avant mais maintenant… J’ai eu mon frère, j’ai eu maman (comprendre qu’ils sont morts)… je me levais tôt en attendant les infirmières… maintenant c’est fini, j’arrête, je me presse plus… à mon âge… » Je l’observe en coin : ses cheveux sont soigneusement colorés et son visage est assez plein. Je dis : « Je suis sûre que vous êtes plus jeune que moi ». Elle : « Quel âge avez-vous ? » Moi : « 6…, et vous ? » Elle : « 6… ». Moi (pour dissimuler ma satisfaction des deux années que j’ai de moins) : « Ah, comme mon mari ». En arrivant à ma barrière j’ajoute ce cadeau : «Mais je vous donnerais cinquante-trois ans ».

Plus de « mon frère » ou de « maman » qui tienne ; ma vieillarde repart comme chaussée de bottes de 7 lieues.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Trouver la coquille initiale

En évoquant ces quelques lieux qui suffisent à une vie et qu’on a, comme dit Pavese, “dans le sang”, il n’est pas surprenant que l’on en soit venu à parler de la maison, et à travers elle de l’univers utérin. « Dans toute demeure, dans le château même, trouver la coquille initiale », dit Bachelard dans La Poétique de l’espace, livre dont j’aurais aimé recopier ici de multiples pages. Même chose pour le chapitre 4 de La Terre et les rêveries du repos intitulé « La maison natale et la maison onirique » :
«Qui d’entre nous, cheminant dans la campagne, n’a pas été pris par le brusque désir d’habiter “la maison aux contrevents verts” ? »¹ écrit-il, citant également  Walden de Henry David Thoreau : « En imagination j’ai acheté toutes les fermes successivement (…) Je découvris maint site pour une maison. Oui, je pourrais vivre là, disais-je ; et là je vécus, durant une heure, la vie d’un été, d’un hiver (…). »


En situation d’épidémie, ce désir de repli dans une maison « oniriquement complète », comme dit Bachelard, est encore plus intense. Bien que la mienne me convienne très bien, j’ai passé une partie du mois de juin dernier devant les portails des maisons à colombages entourées de pins qui me semblaient les plus idéales pour un confinement. J’en ai photographié quelques unes avec un grand soulagement intérieur comme si, en les absorbant par l’objectif et l’imagination, j’avais durablement éloigné le mal de moi.

Pablo Serrano, “Homme-voûte”

Sur ce sujet inépuisable de l’abri – qu’il soit ventre, grotte ou coquille – j’ai en mémoire une captivante exposition du sculpteur aragonais Pablo Serrano (1908-1995) que j’ai vue il y a deux ans à l’IAACC (Instituto Aragonés de Arte y Cultura Contemporáneos) de Saragosse, intitulée Bóvedas para el hombre (Des voûtes pour l’homme). Il y présentait des espaces creux, des cavités où se nicher – notamment  internes à l’homme comme sur cette photo – dont il disait: « L’homme, dans sa vie, ne fait que modeler (conformar) sa propre voûte. (…) Au fond, l’homme n’est ni plus ni moins qu’un animal à la recherche d’une caverne où se réfugier. »

¹ Rousseau, Emile ou de l’Education, livre 4 : “Si j’étais riche (…) sur le penchant de quelque agréable colline bien ombragée, j’aurais une maison blanche avec des contrevents verts (…)”

Publié dans Non classé | 5 commentaires

Demeures fugitives et lieu secret

Sur la question des lieux intérieurs que j’abordais lundi, voici un message de Jacques Robinet qu’il me laisse amicalement publier ici.

Les secrets de Tolède. Photo de Daniel Levinson

“Tu l’as compris, je parle d’un lieu irradié d’un amour, ressenti comme dangereux ou interdit. Lieux de l’enfance qui parfois nous devancent car ils sont ceux que notre mère habitait avant même notre naissance. L’Espagne est indissolublement liée au maternel et à la propre enfance de ma mère qui était hantée par les paysages de la Mancha où elle avait vécu de sept à treize ans, plus ou moins. J’ai attendu sa mort pour aller visiter ce pays perdu. Ce fut un choc, tant la beauté de ce que je découvrais correspondait parfaitement à l’imaginaire que je portais en moi.
Voilà pour l’anecdote. Mais plus avant, je suis frappé par le lien qui existe entre les lieux et ce que nous y avons vécu. Ainsi Paris est devenu pour moi une ville pleine de repères secrets. Je ne peux passer dans certaines rues où j’ai habité sans me retrouver violemment replongé dans une époque de ma vie. Tout se passe comme si nous ne cessions jamais de reconstruire la matrice de notre vie utérine. Je le sens ici même dans cette maison que j’ai adoptée il y a dix-sept ans, que je trouvais ingrate au début et que je ne peux plus quitter longtemps sans un peu d’angoisse et de regret. 
Bien sûr tout cela peut sembler étrange à qui n’a pas l’expérience de l’analyse, mais c’est ce que je ressens sans étonnement aujourd’hui. Nous ne cessons de recréer des “demeures fugitives”  (titre d’un beau récit de Mauriac) pour survivre à la perte du lieu originel, le “lieu secret”.”
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

« Peu de lieux suffisent »

Je citais l’autre jour ici Pierre Peuchmaurd : « Peu de lieux suffisent à une vie et aux plus longs voyages… Peu d’espace, même, pourvu qu’il soit tout l’espace »

J’ai lu au cours de l’été un certain nombre d’écrivains qui m’attirent par la profondeur de leur relation à un lieu devenu « tout l’espace », qu’il soit occasionnel comme les Ardennes d’Un Balcon en forêt de Julien Gracq, ou natal comme le Piémont de Cesare Pavese qui forme le sol intime de son expérience créatrice.

Je lis par exemple dans Le Diable sur les collines : « Je pensai à tous les lieux qu’il y a au monde et qui appartiennent ainsi à quelqu’un, que quelqu’un a dans le sang et que personne d’autre ne connaît. »

Dans les premières pages de son Journal Le Métier de vivre datées de 1935, Cesare Pavese s’interroge durant plusieurs jours sur ses relations de poète avec sa région :

Toutes mes images ne seraient-elles pas autre chose que d’ingénieuses variations sur cette image fondamentale : tel pays natal, tel moi ? Le poète serait une image incarnée, inséparable du terme de comparaison enraciné et social du Piémont.

Mais il arrive curieusement aussi ‒ sans parler ici des écrivains voyageurs dont le but est d’« en sortir » ‒ que les lieux fondamentaux d’un auteur soient à peine mentionnés dans son œuvre. Je m’entretenais en octobre dernier avec Jacques Robinet dont la poésie se nourrit volontiers de la beauté du monde, et je me montrais intriguée que la Castille n’y apparaisse pas comme un terreau privilégié.

Moi : — Il y a une question que je brûle de te poser : je sais que l’Espagne ‒ plus exactement la Castille, terre maternelle ‒ t’émeut, dis-tu au plus haut point (Un si grand silence, p. 24-25). Je pense en particulier à cette maison de la Mancha, non loin de Ciudad Real, où ta mère Carmen a vécu dans son enfance et que tu m’as montrée sur une vidéo.
Pourtant, je trouve peu de traces dans tes poèmes de cette terre « aux couleurs fauves, livrée à une lumière qui la consume », comme si elle ne faisait pas partie de ton paysage poétique. Est-ce exact ?

Jacques Robinet — (…) L’Espagne… J’en parle peu, mais elle est partout en moi, et même invisible, dans ce que j’écris. Elle est cette rivière asséchée qui, à certains moments, se gonfle pour me déborder, comme le font celles qui parcourent les terres arides de Castille. Je suis, par le sang, aux trois-quarts espagnol, puisque ma mère l’était à cent pour cent, et mon père à moitié par la sienne. L’Andalousie et la Castille mêlent leur sang dans mes veines, où la France joue des coudes pour imposer son misérable petit quart normand, qui n’est jamais parvenu à me faire battre le cœur. J’appartiens, au plus intime de moi-même, à l’autre pays. Si j’en parle peu, c’est qu’il est d’abord le pays de ma mère, et que tout ce qui touche à elle fait partie de ma brûlure. L’Espagne et un trop grand amour… un feu qu’il faut approcher avec prudence. Sais-tu qu’il m’est arrivé d’écrire des poèmes en espagnol ou, plus souvent, de les improviser en marchant, comme on fredonne un chant venu de très loin. Je les efface aussitôt. Secret préservé d’un échange amoureux qui ne finira jamais.

« Peu de lieux suffisent à une vie » : notamment ceux qui brûlent secrètement depuis l’enfance à l’intérieur de soi.
On trouvera l’entretien complet dans le magazine poétique en ligne Poezibao, ainsi que la  référence du dernier livre de Jacques Robinet, La Monnaie des jours : https://poezibao.typepad.com/poezibao/2020/10/entretien-jacques-robinet-avec-nathalie-de-courson.html

 

Publié dans Non classé | 4 commentaires

L’apothéose de l’impératoriteur

 L’impératoriteur mourant entre dans son cercueil d’un pas de défi :
« Ma volonté est de mourir debout ».
On redresse le cercueil et on attache l’impératoriteur aux parois. Il dit dans un râle :
« Ma volonté est de mourir libre ».
On détache les liens, on installe une coque dans son dos. Il dit, les yeux révulsés :
« Ma volonté est de mourir sans prothèse ».
On ôte la coque, on installe un joli parapet en tek. De ses mains décharnées, il secoue le parapet :
« Ma volonté est de mourir sans bordure ».

Annette Messager : Les Piques

C’est à ce moment que les libérateurs qui assiégeaient la ville depuis trois semaines enfoncèrent les portes mal fermées de cette dictature vermoulue, saisirent l’impératoriteur par le ventre sur la pointe de leur pique et le promenèrent dans les rues. Les derniers instants du moribond furent consacrés à son effort pour se tenir droit sur la pique qui lui transperçait l’abdomen.

 

Publié dans Non classé | 9 commentaires

L’impératoriteur

Flore et Léa jouent sous les grands marronniers. Elles appellent les plus gros marrons qu’elles ramassent des impératoriteurs. « Tiens, regarde, j’ai un impératoriteur ! » Le mot qu’elles viennent d’inventer est là, tout près, fait pour leur jeu qui consiste autant à ramasser des marrons qu’au plaisir de répéter : “Regarde mon impératoriteur !”, “Non, ça c’est pas un impératoriteur !”

Joie de l’automne et joie des mots, du glanage et du langage.

Publié dans Non classé | 6 commentaires

Anniversaire

Aujourd’hui ces pattes de mouette ont cinq ans.

J’ai commencé le blog par ce que j’appelais grattilités : je m’amusais à palper des mots  agaçants qui se traînaient dans ma tête, comme mousmé, fragrance. Je jouais aussi à comparer des mots de plusieurs langues, comme chauve-souris et murciélago, ou à créer des mots réjouissants, comme l’adjectif grat qui, pour une raison inconnue, n’a jamais obtenu en français le statut d’antonyme d’ ingrat.

Peu à peu le blog s’est davantage tourné vers la littérature sans doubler les notes de lecture que je fais de temps en temps pour des magazines. Je me livre plutôt ici à des promenades littéraires « à sauts et à gambades », notant un détail qui me touche chez un écrivain pour le comparer à un autre écrivain, le relier à un paysage, à une expérience, ou à des préoccupations secrètes.

Je crois que ce qui relie ces billets entre eux, c’est moins leurs thèmes que leur ton, une petite gaieté qui me tient lieu d’inspiration.

Je profite de cet anniversaire pour vous dire, à vous qui me lisez et parfois me commentez, que je vous en suis sincèrement grate.

Publié dans Non classé | 8 commentaires