S’aimer soi-même

41asv3n7dal-_sx376_bo1204203200_Rilke dit dans une lettre à son beau-frère qu’il n’y a rien de plus difficile que de s’aimer soi-même. Nathalie Sarraute se débarrasse de cette question à la première page d’un de ses livres les plus étonnants, Tu ne t’aimes pasTu ne t’aimes pas ? Qui n’aime pas qui ?  dit une voix issue d’un « nous » anonyme. Qu’est-ce que soi-même ? Un assemblage informe de parties inconnues, disait Figaro dans le monologue de la pièce de Beaumarchais  ̶  expression qui a, je crois, servi à Nathalie Sarraute de déclic pour son roman.

Le soi-même de Nathalie Sarraute est une masse mouvante, un espace sans limites assignées : Nos flots agités toujours changeants ne peuvent porter aucun nom.  (Tu ne t’aimes pas, p.1232) 

En ce siècle identitaire et bigot, je partage plus que jamais le refus d’un soi-même figé dont toute l’œuvre de Nathalie Sarraute témoigne, mais il y a une chose que je persiste à trouver très difficile : se supporter assez soi-même pour oser continuer à écrire.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *