Bibliothèques sans livres

Bibliothèque Alexis de Tocqueville à Caen, Calvados

De même que des plasticiens entassent des livres sans bibliothèque, des architectes conçoivent des bibliothèques sans livres.

Le dictionnaire me dit qu’une bibliothèque est d’abord le lieu où est rangée une collection de livres, puis, par métonymie, le contenu de ce bâtiment : les livres. Eh bien, il faut imaginer aujourd’hui un contenant qui ne contient pas de contenu visible, une bibliothèque municipale dont les livres, dérobés à la vue du public, tapissent les parois d’immenses galeries souterraines. Borges n’y avait pas pensé ; la taupe de Kafka aurait pu le faire. En cas de guerre nucléaire, quand tous les ordinateurs et tablettes numériques seront détruits, les archéologues de la future humanité découvriront dans les sous-sols des bibliothèques en ruines les produits intellectuels des civilisations disparues  ̶̶  s’ils n’ont pas été auparavant inondés par un fleuve en crue centennale.

Un jour de pluie battante et de vent qui retourne les parapluies, j’ai trouvé asile dans la nouvelle bibliothèque municipale de Caen conçue par Rem Koolhaas au bord du canal de l’Orne. Le bâtiment est généreux, lumineux, respirant la paix sociale, et je me suis sentie plutôt bien devant ses vitres bombées qui déforment agréablement le paysage urbain et sont parsemées d’inscriptions optimistes de visiteurs : « Sourie (sic) à la vie et la vie te sourira », « Je ne perd (sic) jamais soit je gagne soit j’apprend (sic) ».

La bibliothèque n’est plus désormais cet ensemble de rayonnages grisâtres, poussiéreux, rébarbatifs et sentant le renfermé de ma jeunesse, mais un vaste espace incitatif, non injonctif, avec un nombre limité de livres et beaucoup d’écrans, où l’on invite les publics à se détendre, à se rencontrer sur les gradins, à faire de la méditation laïque, à découvrir (sans complément d’objet), éventuellement à lire.

Et à vrai dire on y lit peu. Les livres récents figurant sur les rayons ne sont pas mis en valeur, de manière à n’effaroucher personne. Les designers ont accompli des prodiges de créativité pour des fauteuils aussi variés et colorés qu’impropres à la lecture. J’ai successivement essayé, livre en main, un divan asymétrique, des transats à bascule sans accoudoirs, un berceau-chaussure et une roue de hamster à coussin, quand une habituée qui me regardait en coin m’a conseillé un tabouret calé contre un  mur.

Le son est si velouté dans cette bibliothèque que personne ne songe à parler bas ni à éteindre sa sonnerie de téléphone pendant que son voisin lit. Si vous vous sentez dérangé, il ne vous servira à rien de lancer des regards courroucés ou de faire « chttt » en postillonnant. Ce genre de comportement est aussi inconcevable en ce lieu que sur une place publique et personne ne fera attention à vous. Vous serez naturellement enclin à vous réfugier dans une des petites salles adjacentes contenant chaises et tables de travail, car les gens classiques comme vous ont le droit d’exister, tous les citoyens du monde ont ici le droit d’exister.

La bibliothèque Alexis de Tocqueville de Caen nous interroge sur le statut du livre aujourd’hui. Que dire de plus ? C’est un lieu d’accueil et d’harmonie qui donne ce qu’il promet, mais j’y viendrai la prochaine fois avec mon vieux cartable plein de livres.

Mieux vaut sans doute une bibliothèque sans livres qu’une bibliothèque à « fake livres » : en lien, un article sur la prestigieuse bibliothèque de Binhai en Chine. http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/11/28/la-magnifique-et-futuriste-librairie-chinoise-a-bien-moins-de-livres-que-prevu_5221733_4832693.html

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *