Vieux de chez vieux

Lorsqu’on est un vieux le principal événement de la vie c’est qu’on est un vieux. Ça se décline à plusieurs cas : au nominatif, au génitif, au locatif…

Ça se décline à tous les cas des vieilles langues, qui sont le même cas, parce qu’il est bien morne d’être vieux de vieux, d’être vieux de chez vieux.

Jacob Jordaens. Double étude d’une tête de vieillard

Ce contenu a été publié dans petites phrases. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *