Mouvements de l’âme

L’âme, cylindre de bois qui transmet les vibrations des cordes au fond du violon, est introduite par le luthier au moyen d’une pince à âme dans une des deux ouïes « en f » de l’instrument.

Une petite âme dans l’ouïe, pour « renouer la mélodie » ?

Une grammaire de mon enfance disait que, contrairement au mode indicatif qui actualise,  le subjonctif s’occupe des choses incertaines et des « mouvements de l’âme ».  Cette expression me fait penser aux « merveilleux nuages » que Baudelaire voyait passer à Honfleur.

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *