Archives de catégorie : grains de peau

Le jeu de l’auteur et du titre, dit « Jeu d’Albertine »

Dans un passage connu de La Prisonnière de Proust, Albertine dit : « Mais est-ce qu’il n’a jamais assassiné quelqu’un, Dostoïevski ? Les romans que je connais de lui pourraient tous s’appeler L’Histoire d’un Crime » (Pléiade, p. 881). Crime et châtiment … Continuer la lecture

Publié dans grains de peau | Laisser un commentaire

Cligner de l’œil

La littérature est très différente de la vie, disais-je ici le 21 mai à propos de l’expression  « hocher la tête ». Il en va de même pour les clins d’œil : cligner de l’œil dans la vie est insignifiant, encourageant, … Continuer la lecture

Publié dans grains de peau | Laisser un commentaire

Les cils blancs de Delphine de Nucingen

Passant non plus de fil en aiguille mais de marabout en bout de ficelle, je me laisse aujourd’hui mener par une remarque du Territoire du crayon de Robert Walser, p. 246 : « Les auteurs se lisent les uns les autres … Continuer la lecture

Publié dans grains de peau | Laisser un commentaire

Robert Walser et le territoire du crayon

Comment, dans mon patchwork de graphomanes (voir ici les billets des 19, 15 mars, 25 février 2017), ne pas ajouter ces pièces très singulières que sont les « microgrammes » de Robert Walser, ces 526 feuillets couverts de textes microscopiques … Continuer la lecture

Publié dans grains de peau, griffomanie | Laisser un commentaire

Sur la graphomanie de Dominique

Voir aussi le billet du 15 mars sur ce blog. Poursuivant de fil en aiguille mon investigation graphomane, je vois s’avancer un personnage de roman qui pourrait ressembler à un Stendhal sans gaieté, tout en délicatesse sensible, et que son … Continuer la lecture

Publié dans grains de peau, griffomanie | Laisser un commentaire

Le mot « retenue »

J’ai parlé récemment de pudeur, de timidité. Et la retenue ? Ce mot  ̶  dont les deux premières syllabes semblent vouloir retenir l’impudeur de la troisième  ̶  m’embarrasse aujourd’hui beaucoup plus que les autres. Voici ce que j’en écrivais il … Continuer la lecture

Publié dans grains de peau, grattilités | 2 commentaires

Le mot pudeur

Je n’aime pas beaucoup le mot pudeur  ̶  à une lettre près c’est une prude  ̶  et je me méfie des critiques littéraires qui vantent la pudeur d’un écrivain (ou plus souvent d’une écrivaine). Au lieu de cette pudeur qu’ils … Continuer la lecture

Publié dans grains de peau | Laisser un commentaire

Le livre nocturne

Une pièce maîtresse de l’exposition d’archives L’Ineffacé qui se tient à l’IMEC près de Caen jusqu’au 2 avril prochain, est le fameux Grand Graphe d’Hubert Lucot, manuscrit de presque 3 mètres sur 5 qui marqua, dit-il, son entrée véritable en … Continuer la lecture

Publié dans grains de peau, griffomanie | Un commentaire

Le poème de l’archive

« Il y a une beauté des archives » dit Nathalie Léger, Directrice de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) situé dans l’abbaye d’Ardenne à Caen. Elle a invité l’écrivain Jean-Christophe Bailly à fouiller les archives de l’Institut, à en … Continuer la lecture

Publié dans grains de peau, griffomanie | Laisser un commentaire

L’issue bleue : à propos de « Limite » d’Antoine Emaz, 3

Voir les 2 autres billets sur ce recueil de poèmes  publiés ici le 6 et le 10 février. Un motif important du livre est la recherche du bleu  ̶  substance, heure ou lieu plutôt que couleur  ̶  bleu du soir … Continuer la lecture

Publié dans grains de peau | Laisser un commentaire