Voici Voilà Voïca

Geneviève Asse, “Automne”

Quand je lis Colette (peu) je me dis : — Quelle abondance de sensations et quel art de les marier ! Voici un véritable écrivain.
Mais ‒ manque de sensibilité de ma part ? Rien ne me happe vraiment. Cette jubilation de parfums, de saveurs et de caresses me laisse froide.

                                                                               ***
Voilà maintenant des poètes qui semblent me dire à tout instant :  “C’est plus compliqué que ça », et les bras m’en tombent de respect. Et puis il y en d’autres qui me donnent envie d’être libre et d’avancer sur un ressort en sautant des cases : « De oca a oca, y juego porque me toca » / “D’oie en oie, et je joue encore une fois ». Je mets Sanda Voïca dans cette catégorie-là. “De voïca a voïca », d’exil à exil et d’Epopopoèmémés à Trajectoire déroutée…

                                                                                ***

Il y a un nom pour désigner l’enfant qui a perdu sa mère : orphelin.
Il y a un nom pour désigner la femme qui a perdu son mari : veuve.
Il n’y a pas de nom pour désigner la mère qui a perdu son enfant.

Il y a les mots de Sanda Voïca : « La tombe blanche ovale dans mon corps ».

Il me semble que la poésie, ça peut être ça.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.