Mandala au ping-pong

Les jeunes voisins jouent au ping-pong. Rebonds secs. Chanson sirupeuse de leur radio.

Un papillon brun volette. (Deux).
Lune très pâle.
Hirondelle.

Ces jeunes sont simples, calmes, à jeun. Les filles rient plus que les garçons. (Pourquoi les filles rient-elles souvent plus que les garçons ?)
Ils ont des voix éduquées de gens qui font des classes prépas.

Un coup de vent trémousse les bambous en musique. C’est un peu vulgaire.

Le cormoran Labrunie traverse l’air.

L’ombre monte sur les bambous.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Mandala au ping-pong

  1. Gérard de Nerval disait “L’expérience de chacun est le trésor de tous.” (La Bohème galante). Alors oui, ce trémoussement des bambous ajouté au rire des filles, on l’éprouve chaque fois que l’ombre monte du soir qui vient. Ça dure un instant et le cormoran est passé.
    Merci pour votre mandala.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.