2003 : Documentaire

Beate raconte : ― Dans mon ancien collège, où les relations entre les communautés d’élèves étaient plutôt sereines, la Principale nous a annoncé qu’une équipe de cinéma allait réaliser un documentaire. Si nous étions d’accord, ils pourraient faire leur tournage dans nos classes et mettre en valeur nos initiatives pédagogiques. Peu encline à dépister chez les gens les intentions douteuses, j’ai accepté de faire venir les vidéastes à mon atelier théâtre, comme certains d’entre nous qui mettaient en œuvre des projets pédagogiques.

C’était avant la loi de 2004 sur l’interdiction des signes religieux à l’école, et les réseaux sociaux n’existaient pas encore. Une élève de 3ème avait tendance à porter le voile dans l’enceinte du collège. Nous avions réussi à le lui faire enlever en cours, notamment de sport, en arguant qu’on n’autorisait pas les garçons à porter leur casquette. L’équipe des documentaristes l’a filmée avec son voile, tant et si bien que de jour en jour elle se complaisait à le serrer davantage sur son front tout en devenant plus agressive et fermée avec nous. Sa révolte en est arrivée au point qu’elle est passée en Conseil de discipline et a été exclue du collège, au désespoir de sa mère qui n’avait plus aucune prise sur elle.

Quand nous avons vu le documentaire à la télévision, nous avons été atterrés : aucune de nos expériences pédagogiques n’y figurait, l’ensemble du film était focalisé sur cette fille voilée que nous voyions prêcher, déclamer, commenter avec feu le Coran sous les caméras plantées dans la cour de récréation, menaçant tous les mécréants de l’Ange de la Mort et de l’Enfer. Et il se trouve que la Principale, présentée dans le film comme le parangon de la fermeté et de la laïcité, a été décorée de la Légion d’Honneur quelques années plus tard. Je doute que la destinée de la jeune fille ait été aussi brillante.

En attendant, un certain nombre de parents non musulmans ont réussi à changer leurs enfants d’établissement, et le collège a eu toutes les peines du monde à retrouver sa mixité sociale.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *