Parole-cataplasme

cataplasme
J’appelle parole-cataplasme un discours très raisonnable que l’on tient sur soi-même, comme une substance pâteuse appliquée sur la peau et destinée à enfariner ce qui brûle à l’intérieur. Des phrases comme : « Je fais mon travail de deuil », ou : « Je suis dans mon processus de reconstruction » font partie des paroles-cataplasmes qui se vendent bien.

Il existe aujourd’hui un apprentissage méthodique de la parole-cataplasme, avec auto-évaluation et optimisation du discours.

Voici ce qu’on peut lire par exemple sur une fiche de sortie de clinique :

Deux méthodes sont communément utilisées et sont à votre disposition pour évaluer l’intensité de votre douleur :
1. L’échelle verbale simple (EVS) vous propose simplement de donner un adjectif pour qualifier votre douleur : absente, faible, modérée, intense…
2. L’échelle numérique simple (ENS) : il convient d’attribuer un chiffre (de 0 à 10) à la douleur essentielle comme si vous lui mettiez une note sur 10 (10 étant la douleur maximale imaginable).

Sur le lumbago que je traîne depuis deux semaines, j’ai appliqué un modéré sur l’échelle EVS, un 4 sur l’échelle ENS, et je sens que j’ai pris en charge de manière optimale ma douleur essentielle.

Ce contenu a été publié dans grattilités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *