Un usage de la parole

Mon voisin Antoine, séparé de sa femme depuis quelques années et père d’une fille de 12 ans, Elanor, vient de rencontrer la femme de sa vie, séparée de son conjoint et mère d’une fillette de 6 ans, Lenora. Ils partent tous les quatre en vacances. Les choses ne se passent pas très bien entre Elanor et la nouvelle femme, au point que la préadolescente déclare : « Plus jamais je n’irai en vacances avec ta meuf et sa fille, je préfère aller chez mamie, chez tata, en stage, en colo ». Antoine lui répond : « Ton attitude est égoïste car nous formons une famille recomposée ».

Henry James, dont je parlais ici l’autre jour, tirerait sans doute  de la ressemblance des prénoms des filles dans un contexte de conflit familial la « petite graine » d’un récit inquiétant. Nathalie Sarraute trouverait sûrement un aliment pour L’Usage de la parole dans la phrase : « Nous formons une famille recomposée ».

Et que dirait un linguiste ? Verrait-il dans cette expression un performatif : « Dire c’est faire » ? Ici, il s’agirait plutôt d’un « dire c’est vouloir faire ». Elanor ne s’y est pas trompée, car la phrase signifie :  « Je te mets dans l’étui sociologique appelé famille recomposée et je t’enjoins d’y rester ». Les mots précèdent et forcent la chose ; la nouvelle expression doit magiquement créer la nouvelle réalité. Si elle savait la grammaire, Elanor répondrait : « Apprends à composer ta famille avant de figer tes participes passés en adjectifs. » Ne la sachant pas, elle répond efficacement : « Je préfère aller en colo. »

Cette manière d’énoncer une parole qui se substitue à son contenu nous dit sûrement quelque chose sur les avatars de l’autorité paternelle au XXIème siècle. Mais l’expression « nous formons une famille recomposée » qui suppose une décomposition ou une fracture préalable que l’on répare avec des mots, a aussi je ne sais quelle parenté avec ce que j’appelais ici il y a trois ans « parole-cataplasme »  http://patte-de-mouette.fr/2016/11/11/parole-cataplasme/ 

NB : On comprendra que ceci n’est absolument pas un jugement moral sur les familles recomposées.

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Un usage de la parole

  1. Luce dit :

    Lenora et Elanor sont-ils les vrais prénoms? Je connais une famille recomposée avec deux fillettes du même age toutes les deux prénommées Chloé.
    C’est comme une élément de prédestination qui me trouble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *