Transmission tactile

Le poète Jean-Paul Michel racontait l’autre soir à la Maison de la poésie qu’en 1966, quand il n’était qu’un lycéen de Brive-la-Gaillarde, il est allé en auto-stop rendre visite à André Breton.

Interrogé un peu plus tard sur ce que représentait pour lui la notion de transmission, il a répondu que dans les années 60-70 il n’était pour lui question que de faire table rase du passé, mais que dans sa poignée de mains à André Breton quelque chose lui avait été définitivement transmis.

La transmission est pour Jean-Paul Michel, loin  des grands mouvements sociaux, de l’ordre du toucher : j’ai touché la main de Breton qui a touché la main de Valéry qui a touché la main de Mallarmé qui a touché la main de Baudelaire… C’est une généalogie tactile.

Jean-Paul Michel refusait ses ternes professeurs pour aller toucher la main du grand poète. Mais qui touche-t-on, d’une manière plus indirecte, quand on enseigne dans une classe ? Pour ma part, à une exception près, je ne le sais pas. De même que Monsieur Bihoreau, mon professeur de français de 3ème, ne saura jamais – pas plus que moi cette année-là – que sa voix et son souffle ont fait entrer Verlaine et Tchekhov en moi pour toujours.

Ce contenu a été publié dans Brèves rencontres, grains de peau. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *