Il y a des jours où…

Bibliothèque Marguerite Audoux, Paris 3ème

Il y a des jours où la pêche est bonne.

Je trouve les poètes que je cherchais à la bibliothèque, et ma table préférée, contre la vitre du jardin, est libre.

Je vais ouvrir chacun de mes quatre livres à une page au hasard, et j’emporterai avec moi celui qui aura le mieux su atteindre mon cœur.

Je commence par L’Autre nom du vent de Pierre Dhainaut :

Chaque matin, même si je ne vais pas revoir la plage, je pense à ces traces que laissent les oiseaux sur le sable, je n’ai pas d’autre modèle.

J’ouvrirai mes trois autres livres par acquit de conscience mais la mouette a déjà choisi, je n’ai pas d’autre guide.

Ce que nous avons engendré nous réengendre.

Ce contenu a été publié dans Brèves rencontres, griffomanie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *