Archives mensuelles : septembre 2017

La bergère Marcela

J’ai une affection spéciale pour certaines femmes de Cervantes, spirituelles et intrépides dans un monde qui ne leur fait pas de cadeau. Parmi elles resplendit la belle Marcela. Aux chapitres 12 à 14 de Don Quichotte, Cervantes emmène son chevalier … Continuer la lecture

Publié dans Istmica | Laisser un commentaire

Retombée

Je me suis réveillée avec cette petite gaieté qui m’est souvent donnée, désireuse de sortir pour trouver le livre qui me donne tout, comble tout, éveille tout, donne le grand essor à tout. Dans la rue je guette le détail, … Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Et sur le même sujet (celui du 14 septembre) …

… Proust est l’ange qui tombe maintenant du ciel pour m’aider à définir mon lecteur bouvardiste : Son esprit sans activité originale ne sait pas isoler dans les livres la substance qui pourrait le rendre plus fort ; il s’encombre … Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

PS sur le bouvardisme

Pour préciser le sens de ce mot (voir article du 14 septembre), j’emprunte à quelqu’un (Bachelard ?) la distinction entre les abeilles (comme Colette) qui butinent et font leur miel de toutes les sensations que leur donne le monde, et … Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le bouvardisme

  Je propose que  ̶  sur le modèle de bovarysme  ̶  on crée le mot bouvardisme : ce nom désignerait aujourd’hui l’attitude studieuse que l’on trouve souvent, à des degrés divers, dans le corps enseignant et chez certains publics d’expositions, … Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tenir

l’automne prochain en guise de smartphone tenir un marron dans ma main.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mon purgatoire

Dans l’au-delà je ne serai pas mécontente de faire un assez long séjour au purgatoire. D’abord, je ne m’y sentirai aucunement dépaysée, ayant eu tout au long de mon existence terrestre le sentiment fatigant d’une faute à payer, peut-être celle … Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Walser à l’heure de la sieste

Je lis Robert Walser dans mon berceau de bambous. Une noisette tombe de l’arbre, un ramier passe à tire-d’aile, les enfants voisins font rebondir un ballon avec un son mat qui me rappelle des jours lointains, et je lis : … Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire