La Ramonda, maison des langues

Ramonda, fleur pyrénéenne

La langue française, en appelant maison le lieu où l’on fabrique les livres, montre bien qu’il s’agit d’un lieu d’accueil où l’on peut se plaire à séjourner. Une des maisons d’édition les plus hospitalières que je connaisse est La Ramonda, que j’ai découverte en flânant il y a quelques années au salon du Livre qui se tenait naguère en juin dans le beau cloître du lycée Henri IV à Paris. Une des premières choses qui intriguait le promeneur en s’approchant du stand était la présence de livres écrits en espagnol, en français, et en d’autres langues plus vaguement familières. Autre singularité : ces livres en espagnol ne traitaient pas spécialement de la Guerre civile ni d’anarchisme, mais plutôt de montagnes rugueuses et de gens bourrus. La ramonda, c’est en effet le nom donné à une petite fleur des Pyrénées qui vit dans des crevasses entre les rochers et résiste comme elle peut aux intempéries. Fondée en 2006, la maison d’édition qui s’est donné ce nom est spécialisée dans tout ce qui touche à la péninsule ibérique, en particulier l’Aragon. Elle accueille aussi les récits de vie et les témoignages, notamment de personnes isolées ou rejetées,  et développe un partenariat avec plusieurs éditeurs espagnols. Bien qu’une petite visite au site internet de la maison donne une idée suffisante de son originalité :
http://www.laramonda.com/
je ne résiste pas à l’envie de reproduire ceci :

 

 

 

 

 

 

On aura reconnu le chef-d’oeuvre de Saint-Exupéry traduit en catalan, aragonais, ladino (avec des caractères latins et hébraïques) à partir de l’espagnol ci-contre. Je jurerais avoir vu aussi l’an dernier sur le stand une dernière version en basque et je ne doute pas qu’il en existe une en galicien et une autre en « fala » d’Extrémadure.

Les langues sont plus souples et hospitalières que certains habitants des régions auxquelles elles appartiennent, et La Ramonda, en les accueillant sans discrimination, représente pleinement pour elles un lieu de passage, de rencontre et de refuge : tour de Babel ibérique, astéroïde du Petit Prince, ou tout simplement maison.

Ce contenu a été publié dans Istmica. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *