Peu

On peut noter peu, mais assez pour vivre.

La Digue de Ludovic Degroote est pour moi un livre austère où la rigueur bride l’émotion. Ici et là, pourtant, des soupirs presque verlainiens m’arrivent à l’âme :

La petite pluie à l’intérieur

comme un verglas

en plus mou

 où le vers s’épuise en son « mou ».

 On peut lire peu et retenir peu, mais assez pour vivre.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *