Le fer s’habitue

Pour Gilda

Jean Rouch, qui avant d’être explorateur et cinéaste était Ingénieur des Ponts et Chaussées, parle de ponts suspendus ne supportant que dix tonnes et que l’on arrive à charger de cinquante tonnes et plus grâce à un phénomène physique appelé « résistance aux efforts alternés » : pour multiplier par cinq ou par dix la capacité de résistance du fer, on fait porter chaque jour sur le pont un poids un peu plus lourd, et le fer s’habitue.

Quelle allégorie tirer de ça ? Il y a des cas où résistance est refus d’effort : ça casse. D’autres cas où résistance est choc de cuirasses : ça passe ou ça casse. D’autres cas enfin où, comme les ponts de fer, on s’habitue pour mieux résister.

Photographie de Ken Dreyfack

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *