Esprit d’escalier

Claire S., ancienne amie de fac qui a fait carrière dans des organismes internationaux, retrouve ma trace et me donne rendez-vous dans un café. Je me sens honorée. Sa conversation est enjouée : — Quand tu étais jeune tu étais tellement insecure ! Et maintenant ? demande-t-elle avec un sourire bienveillant. Je réponds : — Moins… mais dans le fond à peu près autant.

Je la sens déçue (d’ailleurs je ne l’ai plus revue).

Trois ans après je repense à ce dialogue et je dis à Claire dans ma tête : — Et si c’était de cette indécrottable insecurity que je tire mon énergie, ou… disons, une certaine énergie, moi ?

Henri Michaux, Sans titre, aquarelle et encre de Chine sur papier, 1957

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *