La poutine et l’oxymore

La panne de la fonction Mailpoet qui permet aux abonnés de ce blog de recevoir des alertes par mail à chaque nouveau billet a été, je crois, réparée aujourd’hui. Ce billet pas très sérieux doit me permettre de m’en assurer.

Quand je me promène nez en l’air dans les rues de Paris, certains noms de boutiques attirent un instant ma curiosité.

Pour celui-ci : ai-je affaire au refuge de l’ex-femme de Vladimir, ou bien à celui de sa maîtresse, Alina Kabaeva, ex championne de gymnastique rythmique qui selon le magazine Gala a disparu pendant un certain temps de la circulation ? Aurait-elle créé un centre de fitness à Paris ?
En m’approchant j’ai vite vu que ce n’était pas ça du tout. Aucun Canadien n’ignore qu’une poutine est un plat emblématique du Québec qui contient « de savoureuses frites, du fromage en grains, de la sauce brune, et diverses garnitures : viande hachée, poulet, etc. »

Et celui-ci ? Drôle de nom pour une pizzeria, l’oxymore étant, comme on sait, une alliance de mots contradictoires (« obscure clarté »). Qu’est-ce qu’un oxymore alimentaire ? Alliance sucré-salé ? Cru-cuit ? Frais-pourri ? La personne qui a ouvert ce lieu est peut-être un de mes anciens élèves de 1ère à qui ce mot aurait plu ? Il y en avait un qui voulait devenir cuistot, me suis-je souvenue. Peut-être rêvait-il du restau qu’il allait créer tout en écoutant mon cours à moitié. La curiosité m’a poussée à entrer dans cette pizzeria que les confinements rendent un peu morose, malgré des services Deliveroo et Uber Eats conséquents. La jeune femme enjouée derrière le bar m’a répondu sur le ton de l’évidence : « Parce qu’il s’agit d’une pizzeria française ».
Il suffisait d’y penser.

P.S. En déroulant le blog, vous aurez un billet plus savant qui, en raison de la panne de Mailpoet, vous a peut-être échappé, sur les vers à soie chez Cervantes, Michel Butor et Estela Puyuelo.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à La poutine et l’oxymore

  1. Luce dit :

    Et bien voilà, j’ai reçu 3 pdm, et appris que je pourrais un jour découvrir le goût de cette fameuse poutine sans aller au Canada.

    Merci Nat!

    • Merci de me signaler que le service remarche. Je viens de voir que la poutine est maintenant aussi à la mode que la pizza.

      • Dany Pinson dit :

        L’Anacoluthe à Moulinsart et ouvrant à midi.

      • Luce dit :

        Effectivement. Suite à ton article, j’ai récemment parlé poutine avec un habitant de Toulouse qui me signale l’ouverture de plusieurs restaurants à poutine dans la ville.

        Cette même personne a également goûté de la poutine absolument ignoble préparée par une québécoise à l’occasion de son retour au pays.

        Pour finir, je suis allée voir à quoi ressemblait le restaurant que tu as pris en photo. Sur cette vidéo, le chef explique pourquoi sa poutine risque d’être un peu plus mangeable que de la vulgaire poutine :
        https://www.youtube.com/watch?v=Yv3DJnzVoiY

  2. robinet dit :

    Quel quartier riche en surprises! Un autre Blog affichait un litron somptueux!
    Rien de tel dans mon village. Mais heureusement tes bogs viennent à la rescousse de mon imaginaire asséché! Muchas gracias.
    Un abrazo

  3. Dany Pinson dit :

    La maîtresse du tsar a été répudiée après avoir abusé de poutines, la mangeaille la plus ignoble qu’on puisse imaginer tant par son aspect, sa texture, son goût et son bilan nutritionnel.
    Dès le 19 courant, rejoignons le capitaine Haddock à l’Anacoluthe !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.