De choses et d’autres

Chose rassurante

Le petit trou qu’ont tous les bons vieux bics à capuchon dans leur corps de plastique. Je me suis toujours dit que c’est par là que le bic respire et ça me fait mieux respirer aussi.
Je ne me trompe d’ailleurs pas, car Internet dit que ce petit trou permet de conserver la même pression d’air à l’intérieur et à l’extérieur du tube pour éviter les fuites.

Mais aussi : l’orifice un peu plus grand figurant au sommet du capuchon évite aux enfants de s’étouffer quand, en panne d’inspiration, ils suçotent leur stylo et avalent le capuchon. Même s’il s’est coincé dans la trachée un filet d’air continuera à passer.

Autre élément rassurant du bon vieux bic à capuchon : sa transparence, qui permet de savoir exactement où en est le niveau d’encre.

Dernière donnée réconfortante : la bille de ce bic est assez résistante pour supporter les mains qui appuient comme des sabots.

C’est à se demander pourquoi il existe d’autres stylos que le bon vieux bic à capuchon.

Chose inquiétante

L’apparition du mystérieux loup gris en Bretagne et son retour dans d’autres coins de France. C’est salué par le monde écologique comme un élément favorable à la biodiversité. Moi qui crains les canidés de plus de trente centimètres j’en suis moins réjouie. J’ai récemment entendu parler d’un original qui travaille en permanence avec un loup dans son bureau. Il dit : « Rien à craindre, un loup obéit au doigt et à l’œil à son chef de meute, en l’occurrence moi. » Je suppose que cet homme jouit d’une certaine autorité auprès des gens qui traitent avec lui.

Chose ravissante

L’autre soir au cours du dîner sur la terrasse, une grive solitaire chantait à gorge déployée sur un poteau. Au loin se répétaient, comme la pulsation voilée de son chant, les deux notes du coucou.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à De choses et d’autres

  1. Dany Pinson dit :

    Bonjour Nathalie,
    Comme vous, je suis baba d’admiration devant le Bic cristal, si pur, si technique, si ingénieux. Si l’on additionne tous les kilomètres parcourus par l’ensemble des billes qui roulent au bout de la totalité des Bic cristal depuis la création de cet instrument, on doit friser l’année-lumière. Et tout ça pour 0,25 €/pièce. Chapeau !
    Comme vous, j’aime les oiseaux petits. Allez sur Arte (replay) voir ou revoir ce chef-d’œuvre de la muette poésie qu’est ”It must be heaven”, d’Elia Suleiman : il n’est pas nécessaire de chanter pour enchanter.

Répondre à Dany Pinson Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.