Autres notes de juillet

Sympathie équivoque

Quand j’avais onze ans, grand-mère disait que j’avais une araignée dans la tête.

Plus tard, Louise Bourgeois m’a aidée à sympathiser avec les araignées.

Maintenant, je sais que l’araignée reconstruira la toile que ma tête de loup est en train d’avaler. Je la fais disparaître en admirant d’avance sa ténacité, et je me souviens de cette phrase citée par Bachelard dans La Terre et les rêveries du repos : « Je voudrais être comme l’araignée qui tire de son ventre tous les fils de son œuvre ».

***

Insularité

C’est un mot qu’aime Henri Michaux.

Je voudrais gagner en insularité, et qu’importe si l’île est un îlot du moment qu’il est mien.

 

***

Trois poèmes de Michèle Finck

Mot qui manque
Touche au fond
De l’origine
*
La mer relie
À ce qui nous dépasse
Ainsi la poésie
*
Le mot
Qui manque
N’existe
Pas

Mais
Il
Annonce
La
Poésie

Balbuciendo est le titre d’un autre livre de Michèle Finck. Je sens que je n’ai pas fini de découvrir cette « voix rythme » et cette écriture hybride en vers, en prose, en récit, en poème, toujours en mouvement.

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Autres notes de juillet

  1. robinet dit :

    oh! les araignées, comme elles m’ont fait rêver… En témoigne ce petit poème que je recopie pour toi (Cf. Brèches):
    Je porte un rêve d’araignée
    débarrassée de ses fils
    devenue proie consentante
    dans les rais du soleil

    Un abrazo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.