Un autre toucher

Pour faire écho à ce que je disais récemment sur Rimbaud, je retrouve mon cher Guillevic dont toute la poésie révèle un intense besoin de toucher quelque chose « qu’on ne connaît pas » (Creusement p. 77)

creusementToucher c’est découvrir,
Essayer

De toucher quelque chose
De ce qu’on touche,

Un quelque chose
Qu’on ne connaissait pas,

Qu’on ne connaît pas
Au moment
Où l’on va toucher,

Un quelque chose
                                                            Qu’on espère acquérir
                                                            Et garder.

Toucher pour découvrir, comme les enfants. Un jour je creuserai ça.

Et Guillevic me donne aussi l’occasion de renforcer ma conviction que ce qui se joue dans la création littéraire est de l’ordre du toucher (Etier, p. 118-119)

etier
Dire n’est ici qu’un moyen
Pour arriver à quelque chose

Qui serait de l’ordre
Plutôt du toucher,
D’un autre toucher.

Comme si les mots, les phrases
Étaient en nous les organes
D’un sixième sens.

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans grains de peau. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *