La langue manuelle d’Aurélie Foglia

Le hasard éditorial de ces derniers mois enrichit ma liste d’écrivains du toucher en m’invitant à lire, après Anita Pittoni, tisserande poète (https://patte-de-mouette.fr/2021/01/28/pittoni-touchante/), Aurélie Foglia, poète et peintre.

Sa trajectoire va en sens inverse de celle de Pittoni car c’est l’écriture qui a été chez elle  première : « Écrire m’a appris à peindre ».

Le livre Comment dépeindre, publié fin 2020, est un retour en poésie sur son expérience de peintre où « je m’enfonce loin de moi / dans le sans mots », à même  la chair du monde. Aurélie Foglia peint directement avec les doigts, principalement des arbres, de mémoire, la peinture se présentant comme un art encore plus tactile que visuel :

j’ai besoin de voir
du bout des doigts
comme

les aveugles dé
plaçant les sens

“Densité”, peinture (site de l’artiste)

Ce recueil qui se veut « Journal d’atelier » ne se contente pas de méditer sur la pratique de la peinture. L’écriture essaie de « peindre avec la langue », comme si après avoir touché ses toiles, l’artiste éprouvait le besoin d’en laisser une empreinte verbale sur la page, réalisant singulièrement ce que dit Jean-Luc Nancy dans Corpus :

Il n’arrive rien d’autre à l’écriture, s’il lui arrive quelque chose, que de toucher. Plus précisément : de toucher le corps (ou plutôt tel ou tel corps singulier) avec l’incorporel du sens. Et par conséquent, de rendre l’incorporel touchant, ou de faire du sens une touche.

Dans les trois premières parties du recueil, Aurélie Foglia pratique une écriture qui tend à « rendre touchant » ce dont elle parle, palpant les mots comme elle palpe sa toile. Les vers courts sont posés en touches légères, espacés comme de fines branches, et la matière verbale est parfois malaxée par des jeux sonores : « je doigts », « mes doigts voix » ; « je maintiens que je fais partie de ma main ».

“Entre leurs mains” (site de l’artiste), titre qui se chargera d’ironie tragique

Mais cette performance verbale au présent se brise brutalement dans la quatrième partie du livre intitulée Vous désarticulées, car un événement dramatique a détourné le cours des choses, transformant “l’accompagnement euphorique de la peinture” en un  “livre de deuil”. Une autre main, mortifère, a en effet été portée sur les peintures, et un récit imprévu s’introduit peu à peu dans le poème : pendant la période où elle écrivait son livre, Aurélie Foglia a été victime de la destruction volontaire et totale de toutes ses toiles par l’homme avec lequel elle vivait, lui arrachant symboliquement  sa main vivante de peintre :

rêve trop court d’une main
qui ne coupe pas n’exploite
n’attaque ni ne s’empare

ironie de la main
prédatrice si vite revenue

(…)

l’existence je crois du mal
m’a arraché ma langue manuelle

Après ce désastre sur lequel je reviendrai dans un prochain billet, la main d’Aurélie Foglia, dans une  poésie incisive et directe, a possédé la force d’assembler l’avant et l’après de l’acte destructeur pour donner au recueil son étrange et poignante unité.

Toiles détruites (page Facebook du collectif contre l’articide)

♦♦♦

Sur le modèle d’ « homicide » ou plus récemment de « féminicide », Aurélie Foglia  a bâti  le mot « articide » et créé avec Maud Thiria un “collectif contre l’articide”:

“L’articide, c’est quand l’autre détruit votre oeuvre et veut vous tuer à travers elle.”

https://mailchi.mp/fe52b8436ca5/rcit-dun-articide-tw-violences-conjuguales?

Lien vers le site de l’auteure où l’on peut voir les photographies des oeuvres peintes avant leur destruction : http://www.a-foglia.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à La langue manuelle d’Aurélie Foglia

  1. le guennec dit :

    Cette tragédie me rappelle le mari de Germaine Tailleferre, un avocat, qui lui enjoint une tâche de secrétaire pour l’empêcher de terminer sa musique et jette de l’encre sur les partitions qu’elle doit livrer le soir même.
    Je n’arrive pas à retrouver son nom !

  2. marie-paule Farina dit :

    tout cela est horrible, que de haine, que de passions tristes, c’est poignant.

  3. le guennec dit :

    Je voulais dire que je me rappelle sans peine les noms de son épouse, de son mentor (de Moro Giafferi) et même de son stagiaire (Tixier-Vignancour). Mais le sien…, merci de l’info.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *