Oiseaux des mers

Quand je marche le long de la laisse de mer, je suis attendrie par les oiseaux appelés gravelots à collier interrompu, à peine plus grands qu’un moineau, qui volent en bande et courent si vite sur leurs petites pattes qu’on dirait un film tourné en accéléré. Ils sont en voie de disparition car ils font leur nid à même le sable. Un coup de ballon ou de pelleteuse, et les œufs sont détruits. J’ai réussi hier à photographier un de ces gravelots :

On préfèrerait l’appeler « grelot », ou « pluvier », nom de la sous-famille à laquelle il appartient.

En  espagnol le gravelot s’appelle « chorlitejo » (et je préfère aussi « chorlito », pluvier).  « Chorlito » s’emploie aussi au figuré, me rappelle Claude Ferrandiz, dans le sens du français « linote »: personne étourdie, sans cervelle.

Pas si bête, pourtant : lorsqu’une mère pluvier nourrit au ras du sol ses petits et se trouve dérangée, elle use de la technique de « l’aile cassée » : elle distrait l’intrus de sa couvée en imitant un oiseau blessé.

Hélas, ceci n’est pas une feinte chez tous les oiseaux. L’été dernier, j’ai vu sur la plage un goéland dont une aile était brisée, et qui faisait d’immenses efforts pour s’envoler en agitant l’autre. Ce n’était pas « Ses ailes de géant l’empêchent de marcher » comme l’albatros-poète de Baudelaire. Il avait suffisamment d’aile pour s’imaginer qu’il s’élèverait comme d’habitude, mais il  se soulevait à grand-peine de vingt centimètres, retombait sur le sable, s’épuisait en nouvelles tentatives, se traînait entre les vacanciers indifférents et débraillés, et on savait que la nature ne lui ferait aucun cadeau.

Que dire d’un goéland estropié ? Les temps ne sont plus aux allégories. (La question est peut-être devenue : que faire des goélands estropiés ?)

Ce contenu a été publié dans Brèves rencontres, grattilités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Oiseaux des mers

  1. Y a t-il une campagne de dénigrement des pluviers?

    Chorlito = pluvier.

    « Ser un cabeza de chorlito” es una expresión que se utiliza desde hace bastantes años y es para referirse a alguien que tiene poca cabeza; pero no de volumen sino de inteligencia. También se usa con las personas despistadas.
    Se utilizó el término chorlito en referencia al pájaro de mismo nombre; un ave de cabeza pequeña en proporción con el resto de su cuerpo y que dispone de un cuello robusto y largas patas. A parte del tamaño, el chorlito se caracteriza por no ser un animal muy inteligente, ya que hace sus nidos a ras de suelo y deposita allí sus huevos, cosa que hace que otros animales puedan acceder a ellos con mucha facilidad.

  2. El chorlito es una de las aves migratorias más veloces, y algunos especímenes pueden viajar más de 3.000 kilómetros en tan sólo 35 horas, lo que equivale a un promedio de 91 kilómetros por hora. Además estas aves tienen una gran resistencia, y se conoce al menos un ejemplar de chorlito de tipo dorado que ha realizado la migración de Alaska a las islas Hawai sin escalas (un trayecto que equivale a 3.200 kilómetros en al menos 20 ocasiones durante su vida.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *